Les dix Commandements De Dieu

Le Dieu le Père

Le premier Commandement

Je suis le Seigneur, ton Dieu! Tu ne dois pas avoir d’autres dieux que Moi!

Celui qui peut lire ces Paroles correctement trouvera ici le jugement de beaucoup d’êtres humains qui n’observent pas ce Commandement le plus noble de tous.

«Tu ne dois pas avoir d’autres dieux»! Plus d’un voit un sens trop restreint dans ces Paroles. Il s’est rendu la chose trop facile! Par idolâtres, il pense assurément en premier lieu uniquement à ces êtres humains qui s’agenouillent devant une rangée de figures en bois dont chacune d’elles représente un dieu déterminé, il pense peut-être aussi aux adorateurs du diable et à de semblables égarés dont, dans le meilleur des cas, il se souvient avec pitié, mais il ne pense pas à lui-même. Regardez tranquillement en vous-mêmes, examinez-vous; ne faites-vous pas aussi partie de ceux-là?

L’un a un enfant qu’il considère au-dessus de tout et pour lequel il sacrifiera et oubliera tout. L’autre place la jouissance terrestre au-dessus de tout; avec le meilleur vouloir du monde, il serait incapable de renoncer à ces jouissances si une telle exigence se présentait et lui accordait la possibilité de prendre une décision volontaire. Un troisième à son tour aime l’argent, un quatrième la puissance, un cinquième une femme, un autre les honneurs terrestres et au fond, en tout cela, tous n’aiment finalement... qu’eux-mêmes.

Ceci est une idolâtrie au sens le plus vrai. C’est contre cela que met en garde le premier Commandement! Il l’interdit! Et malheur à celui qui ne l’observe pas littéralement! Cette transgression se venge immédiatement par le fait qu’un tel être humain devra constamment demeurer lié à la Terre, lorsqu’il passera de l’autre côté, dans le royaume de matière fine. En réalité, il s’est lui-même lié à la Terre par son penchant à l’égard des choses terrestres. Cela le détourne de toute ascension ultérieure, lui fait perdre le temps qui lui est accordé et il court en plus le danger de ne pas sortir à temps du royaume de matière fine par une résurrection hors de celui-ci, vers le Royaume lumineux des esprits libres. Il sera alors entraîné dans l’inévitable décomposition de toute matière, laquelle sert à la purification pour sa résurrection et sa nouvelle formation. Mais pour l’âme humaine, cela signifie la mort de la matière fine et la mort spirituelle de tout l’être qui est devenu personnellement conscient, de même que l’anéantissement de sa forme et de son nom pour l’éternité!

C’est de cette épouvantable éventualité que l’observation du Commandement doit protéger! Il est le Commandement principal, parce qu’il demeure le plus nécessaire à l’être humain! Ce dernier se laisse aller beaucoup trop facilement à un penchant quelconque qui finalement le transforme en esclave! Ce qu’il laisse devenir un penchant, il en fait ainsi un veau d’or qu’il met à la place la plus élevée, qu’il place comme une idole ou un faux dieu à côté de son Dieu, si ce n’est pas au-dessus de Lui.

Il n’y en a, hélas! que trop de ces penchants que l’être humain s’est créés et qu’il s’approprie volontiers dans la plus grande insouciance. Comme je l’ai déjà mentionné, le penchant est la prédilection pour quelque chose de terrestre. Naturellement, il y en a encore bien plus que ce que je viens d’énumérer. Quiconque se livre à un penchant reste «accroché» à la matière dense lorsqu’il arrive dans l'au-delà pour son évolution ultérieure; il ne peut s’en libérer, il est entravé, retenu! L’on peut aussi dire qu’une malédiction pèse sur lui. Le processus est le même, peu importe l’expression.

Si, dans l’existence terrestre, il place Dieu au-dessus de tout, non seulement en image ou en paroles, mais aussi dans l’intuition, donc de façon vraie et sincère dans un amour plein de vénération qui le lie comme à un penchant, alors cette liaison, par le même effet, le fera aspirer vers le haut sitôt qu’il arrivera dans l’au-delà; car cette vénération et cet amour pour Dieu qu’il emporte avec lui le tiennent et le portent finalement jusque dans la proximité de Dieu, au Paradis, dans la Création originelle, le séjour des esprits purs libérés de toutes charges et dont la liaison ne conduit que vers la lumineuse Vérité de Dieu.

Faites donc rigoureusement attention afin d’observer ce Commandement. De cette manière, vous serez préservés de nombreux coups défavorables du destin; coups qui pourraient ne pas vous laisser suffisamment de temps pour être rachetés!

 


 

Le deuxième Commandement

Tu ne dois pas utiliser en vain le Nom du Seigneur, ton Dieu!

Le nom éveille et concentre en l’être humain la notion! Celui qui outrage un nom et ose le déprécier, déprécie ainsi la notion! Souvenez-vous toujours de cela!

Ce Commandement bien clair du Seigneur est le moins observé et le plus transgressé parmi les dix Commandements. Les genres de ces inobservances sont multiples. L’être humain s’imagine aussi que nombre de ces transgressions sont inoffensives et uniquement de simples façons de parler; cependant, ce sont des transgressions au Commandement rigoureusement donné. Ce sont précisément ces multiples inobservances prétendues inoffensives qui rabaissent le Saint Nom de Dieu et ainsi la notion de Dieu qui est toujours étroitement reliée au Nom; inobservances qui Le dépouillent de sa Sainteté devant les humains, et même devant les enfants, et qui souillent son Inviolabilité par son usage quotidien qui Le ravale au rang d’une banale façon de parler! Les êtres humains ne craignent pas de sombrer dans le ridicule. Je ne veux citer aucune de ces nombreuses paroles, car le Nom «DIEU» est beaucoup trop sublime pour cela! Mais chacun n’a qu’à y prêter attention une seule journée et il sera assurément consterné de l’énorme accumulation de transgressions du deuxième Commandement par les êtres humains des deux sexes, grands et petits, en descendant jusque chez les enfants qui sont à peine capables de former une phrase convenable. Ce que les vieux chantaient, les jeunes le fredonnent. Aussi, les expressions qui défigurent Dieu sont-elles trop souvent les premières choses qu’apprend la jeunesse dans des transgressions à la Loi divine; transgressions inoffensives en apparence seulement.

L’effet produit par cela constitue cependant la pire de toutes les transgressions! Littéralement dévastateur, cet effet est largement répandu parmi toute l’humanité et non seulement chez les chrétiens, mais aussi partout parmi les musulmans, les juifs et les bouddhistes on entend la même chose jusqu’au dégoût! Qu’est-ce que le Nom de «Dieu» peut encore signifier pour l’être humain? Il est déprécié, Il n’a même pas la même considération associée à la plus petite de toutes les pièces de monnaie et encore bien moins qu’à celle accordée à un vieil habit usé. Par ailleurs, l’être humain de la Terre, qui se prétend sensé, juge cela inoffensif et pèche par là plus de cent fois par jour! Où réside la réflexion! Où y a-t-il le moindre mouvement d’intuition? Vous aussi, vous êtes totalement indifférents face à cela; vous écoutez tranquillement quand la plus sacrée de toutes les notions est piétinée ainsi dans la boue du quotidien. Mais ne vous y trompez pas! Chacun aura son compte débiteur impitoyablement chargé dans l'au-delà, s’il a péché dans ce sens. Et il n’est pas si facile d’expier, précisément cela, parce que les mauvaises conséquences entraînées par un compte débiteur sont si graves qu’elles se répercuteront sur la troisième et quatrième génération, à moins qu’il ne se trouve dans cette chaîne des générations un être humain qui parvienne à l’entendement et mette un frein à cette mauvaise manière d’agir.

Essayez donc de combattre cette habitude dommageable dans les milieux qui vous sont familiers. Mais avant tout, tranchez d’abord vos propres fils karmiques avec toute l’énergie dont vous êtes encore capable, afin que le compte débiteur ne devienne pas plus grand qu’il ne l’est déjà. Ne croyez pas en un rachat facile parce que vous n’aviez pas de mauvaise pensée. Le dommage reste exactement le même! Et le péché contre le Commandement demeure absolument! Vous le connaissiez pourtant exactement. Si vous ne vous êtes pas convenablement efforcés de vous rendre compte de sa portée, c’est votre faute! Il ne peut donc rien vous en être remis non plus. Écoutez et agissez de façon à pouvoir beaucoup racheter encore sur Terre.

Sinon le marécage qui vous attend lorsque vous arriverez dans l'au-delà sera effrayant et ce marécage vous entravera sur le chemin de l’ascension.

Ce n’est pas l’individu uniquement qui est concerné, mais ce sont aussi les autorités qui manifestèrent ouvertement leur opposition à ce Commandement et aussi contre la Parole de Dieu. Pendant des siècles, on a contraint les êtres humains à prêter serment; on les a poussés de force à le transgresser ce Commandement sous la menace de lourdes sanctions terrestres, s’ils ne se conformaient pas à cette exigence du serment. La punition de l'au-delà est beaucoup plus lourde, elle tombe sur tous ceux qui ont exigé de prêter serment, mais non sur ceux qui devaient le prêter sous la pression. C’est ce que le Christ a, encore une fois, dit expressément: «Que votre discours soit oui ou non, car ce qui est en plus vient du malin!»

Les autorités avaient cependant le pouvoir de donner au oui et au non un poids décisif, parce que c’était dans leur pouvoir de faire punir devant le tribunal la duperie, au même titre que le parjure! Ainsi, les autorités pouvaient donner, aux paroles prononcées devant le tribunal, la valeur qui était nécessaire pour le jugement. Il n’était pas nécessaire de contraindre les êtres humains à transgresser le Commandement de Dieu! Ces autorités en répondront dans le Jugement de l'au-delà plus rigoureux, plus sévère qu’elles ne l’avaient jamais admis, en se moquant de la fonction de réciprocité. Face à cela, il n’y a aucune échappatoire!

Mais ce que les églises et leurs représentants pratiquèrent fut encore bien pire; ils soumettaient leurs prochains aux pires tortures sous l’invocation du Nom de Dieu et, pour finir, ils les brûlaient sous la même invocation lorsqu’ils n’avaient pas succombé à leurs souffrances. L’empereur Néron, bien connu de tous et célèbre pour sa cruauté envers les chrétiens ne fut pas si mauvais, pas si condamnable que l’Église catholique avec son monstrueux catalogue de péchés contre les Lois de Dieu! Premièrement, Néron est loin d’avoir autant assassiné et torturé et, deuxièmement, il ne l’a pas fait sous des invocations aussi hypocrites de Dieu, lesquelles dans ce genre de cas sont à compter parmi les plus grands blasphèmes contre Dieu qu’un être humain soit capable de commettre.

Il ne sert à rien que ces mêmes Églises condamnent aujourd’hui les pratiques qu’elles n’ont autrefois que trop appliquées, car elles ne les abandonnèrent pas volontairement.

Encore aujourd’hui, on n’agit guère autrement dans la lutte réciproque, mais on le fait sous une forme plus cachée, plus moderne. Le temps n’a changé que la forme, mais pas le noyau vivant! Et c’est ce noyau que l’on cache si volontiers, noyau qui compte devant le Tribunal de Dieu et non la forme extérieure!

Comme par le passé, cette forme actuelle inoffensive seulement en apparence, naquit du même indicible orgueil de l’esprit des représentants de toutes les Églises. Et où cet orgueil condamnable n’existe pas, là se trouve une vaine présomption qui s’appuie sur la puissance terrestre des Églises. De ces défauts résultent assez souvent les hostilités les plus inconvenantes qui sont encore tissées par les calculs terrestres relatifs à l’extension de l’influence, si ce n’est même par les désirs ardents d’une importance d’ordre politique.

Et tout cela avec le Nom de «Dieu» sur ses lèvres, si bien que je voudrais leur crier encore une fois, tout comme le Fils de Dieu: «Par votre comportement, vous avez fait des maisons de mon Père, des cavernes d’assassins servant à votre gloire! Vous vous nommez des serviteurs de la Parole de Dieu, mais vous êtes devenus des serviteurs de votre orgueil!»

Sans aucune raison valable, chaque catholique prétend être supérieur à un protestant devant Dieu; par contre, chaque protestant se croit plus savant, plus avancé et ainsi plus proche de son Dieu que le catholique! Ainsi en est-il de tous ceux qui affirment être des adeptes du Christ et se former d’après sa Parole.

Tous deux, catholique comme protestant, sont des insensés, ils s’appuient sur quelque chose qui ne compte absolument pas devant la Volonté de Dieu. Ce sont précisément eux qui pèchent contre le deuxième Commandement de Dieu bien plus que les adeptes des autres religions; car ils font abus du Nom de Dieu, non seulement en paroles, mais en actions et par leur façon de vivre, même dans leur prétendu office divin. À tout être humain capable de penser et d’observer, ils donnent uniquement un exemple effrayant de formules creuses et de pensées vides. C’est précisément par cette présomption sans bornes de vouloir se persuader eux-mêmes ainsi que leur entourage qu’ils possèdent déjà une place de faveur au ciel avant tous les autres croyants, qu’ils profanent le plus profondément la notion de Dieu. L’apparence des rites ecclésiastiques, le baptême et le reste n’y font rien! Seul l’être humain intérieur doit se présenter devant le Jugement! Retenez cela, vous, les orgueilleux, à qui il fut déjà annoncé qu’au jour du Jugement ils se pavaneront satisfaits d’eux-mêmes, avec des drapeaux, en habits somptueux, afin de recueillir leur récompense. Pourtant, ils n’atteindront jamais le Royaume de l’esprit, au pied du Trône de Dieu; ils recevront la récompense qui leur revient avant d’y être arrivés. Un souffle glacial les balaiera comme de la balle qui ne possède aucune valeur; car il leur manque en eux la pure humilité et le véritable amour pour le prochain!

Ils sont, par leur conduite, les pires profanateurs du Nom de «DIEU» et les transgresseurs les plus acharnés du deuxième Commandement!

Tous, ils servaient Lucifer, pas Dieu! Ils bafouent ainsi tous les Commandements de Dieu du premier jusqu’au dernier; mais surtout le deuxième, dont la transgression est la tache la plus noire faite à la notion de Dieu dans le Nom!

Gardez-vous de prendre à la légère ce Commandement! Désormais, faites rigoureusement attention à vous-mêmes et à votre entourage! Songez que, si vous accomplissez fidèlement neuf Commandements et que vous négligez le dixième, vous êtes quand même perdus! Si un Commandement est donné par Dieu, c’est la preuve qu’il ne doit pas être pris à la légère, mais qu’il doit être accompli dans toute sa rigueur! Autrement Dieu ne vous l’aurait jamais donné.

Ne vous avisez pas de prier, si vous n’êtes pas capables de vibrer de toute votre âme dans les paroles et gardez-vous de vous présenter comme des bavards irréfléchis devant votre Dieu, car vous seriez coupables d’une profanation de son Nom. Réfléchissez bien avant que vous ne Lui adressiez une requête si cela est impérieusement nécessaire! Ne vous empêtrez pas dans des prières de pure forme qu’on a pris la mauvaise habitude de réciter machinalement à des heures déterminées dans toutes les pratiques religieuses. Ceci n’est pas seulement une profanation, mais encore un blasphème à l’égard du Nom de Dieu! Dans la joie ou dans la détresse, la chaleur d’une intuition sans paroles est beaucoup plus valable que mille prières verbales, même si cette intuition ne dure que la fraction d’une seconde. Car une telle intuition est alors toujours authentique et non hypocrite. Ainsi, elle n’est jamais une profanation de la notion de Dieu. C’est un instant sacré quand l’esprit humain veut se prosterner devant les Marches du Trône de Dieu pour prier ou remercier. Cela ne doit jamais devenir un bavardage routinier! Pas plus de la part des serviteurs d’une église.

L’être humain à qui il arrive d’invoquer le Nom de Dieu dans toutes les occasions possibles et impossibles de la journée, n’a jamais eu le moindre pressentiment de la notion de Dieu. Il est un animal, mais pas un être humain. Car, en tant qu’esprit humain, il doit posséder la faculté d’éprouver intuitivement en lui le pressentiment de Dieu, ne serait-ce qu’une seule fois au cours de sa vie terrestre! Mais à elle seule, cette unique fois suffirait à lui ôter toute envie de transgresser le deuxième Commandement même par insouciance. Il porterait éternellement en lui le besoin de ne jamais prononcer le Nom de «Dieu» qu’en s’agenouillant dans la pureté la plus élevée de son être intérieur tout entier.

Celui qui ne possède pas cela, est bien loin d’être digne ne serait-ce que de la Parole de Dieu et encore bien moins de parvenir dans son Royaume, de jouir de sa proximité qui donne le bonheur. C’est pourquoi il est aussi interdit de fabriquer une Image de Dieu le Père, selon le sens humain. Chaque tentative de ce genre ne conduit qu’à un pitoyable rabaissement, étant donné que ni l’esprit humain ni la main humaine ne sont capables de se figurer la plus petite partie de la réalité et d’en retenir l’image de façon terrestre. La plus grande œuvre d’art n’aboutirait qu’à une profonde dégradation. Seul un œil, dans son ineffable éclat, désigne tout. Voilà pour vous, la grandeur sublime insaisissable que vous résumez dans le mot «DIEU» et que, dans une présomption frivole, vous avez souvent l’audace d’utiliser avec insouciance comme on parle de choses vides et irréfléchies. Vous aurez à rendre compte de ce comportement qui est le vôtre!

 


 

Le troisième Commandement

Tu dois sanctifier le jour du Seigneur!

Qui donc prend la peine de ressentir intuitivement un Commandement? Lorsqu’on regarde comment les enfants, les adultes, ont l’habitude de traiter à la légère les Commandements de leur Dieu, cela pourrait et devrait faire frissonner tout être humain qui y pense sincèrement. Les Commandements sont appris et récités à l’école de façon tout à fait superficielle. L’être humain est content d’en connaître assez bien le texte et de pouvoir en donner quelques explications aussi longtemps que le danger existe pour lui d’être questionné à leur sujet. Lorsqu’il sort de l’école pour entrer dans la vie active, le texte est bien vite oublié et avec lui le sens. L’être humain donne ainsi la preuve qu’il ne s’intéresse pas du tout à ce que son Seigneur et Dieu exige. Mais Il n’exige même pas quoi que ce soit, Il donne au contraire par Amour à tous les êtres humains, ce dont ils ont un pressent besoin. Depuis la Lumière, il fut remarqué combien les êtres humains s’égaraient. Ainsi, Dieu leur montra-t-Il fidèlement le chemin, comme un bon Éducateur, pour les conduire à la vie éternelle dans le lumineux Royaume de l’esprit, donc vers leur bonheur. Tandis que l’inobservance conduit forcément les êtres humains au malheur et à la perdition! C’est précisément pour cela qu’il n’est pas exact de parler de Commandements. Ce sont plutôt des conseils bienveillants, l’indication du juste chemin à travers la matière, chemin que les esprits humains ont toujours eu le désir d’apprendre eux-mêmes. Mais cette pensée si belle en elle-même n’a aucun effet sur l’être humain. Il s’est beaucoup trop littéralement enfoncé dans ses propres courants de pensées et ne veut rien entendre ni voir d’autre en dehors des conceptions qu’il a édifiées pour lui-même et que son petit savoir terrestre lui permit de fabriquer. Il ne sent pas à quel point la matière le mène de plus en plus loin vers la limite où il s’agit, pour lui, de prendre une dernière décision déterminante pour tout son être, décision qui le forcera de suivre le chemin choisi jusqu’au bout, sans avoir la possibilité de revenir en arrière, même si, à la fin, la Connaissance lui vient. C’est alors trop tard et cela ne contribue plus qu’à augmenter ses tourments.

Pour permettre que malgré ses égarements, l’être humain puisse venir à temps à la Connaissance, Dieu lui donna, dans le troisième Commandement, le conseil de sanctifier le jour de fête. Si ce Commandement avait été exécuté, en chaque être humain la nostalgie d’aspirer à la Lumière aurait ressuscité peu à peu, avec le temps, et en fin de compte, cette nostalgie lui aurait montré le chemin qui l’aurait conduit vers le haut, en accomplissement de ses désirs, qui, devenant toujours plus forts, se seraient condensés en une prière. Alors, l’être humain serait tout autre aujourd’hui, au cours du Tournant Cosmique. Il serait pénétré par l’esprit et mûr pour le Royaume qui doit venir maintenant.

Alors vous, écoutez et agissez en conséquence, afin que l’accomplissement du Commandement prépare votre chemin! Tu dois sanctifier le jour de fête! Toi! Il est clairement dit dans ces Paroles que toi, tu dois apporter au jour de fête son caractère solennel, qu’il te faut le sanctifier pour toi! Jour de fête veut dire jour de repos, c’est-à-dire le jour où tu te reposes du travail que t’impose ton chemin sur la Terre. Mais tu n’accordes aucun caractère solennel à l’heure du repos, si, en se faisant, tu ne veux que soigner ton corps. Pas davantage si tu recherches la distraction dans le jeu, la boisson ou la danse. L’heure du repos doit te conduire au recueillement dans tes pensées et tes intuitions, te donner la possibilité d’embrasser d’un seul regard ta vie terrestre passée et présente, mais avant tout, les journées de travail de la dernière semaine, afin que tu en tires des conclusions pour ton avenir. On peut toujours regarder six jours en arrière, ce qui dure plus longtemps est facilement oublié. Il en résultera alors que ta capacité intuitive s’élèvera lentement plus haut et tu deviendras un chercheur de la Vérité. Es-tu seulement réellement un chercheur, alors un chemin te sera aussi montré. Et, de même que sur Terre, tu ne t’engages sur un chemin inconnu qu’après l’avoir examiné, de même dois-tu entrer pas à pas sur les chemins spirituels nouveaux pour toi, afin de toujours garder un terrain solide sous tes pieds. Il ne faut pas faire de bonds, tu pourrais tomber. Par une telle façon de penser et de ressentir au cours de tes heures de repos de ton existence terrestre, tu ne peux rien perdre mais au contraire, tout gagner.

En allant à l’église, personne ne sanctifie une heure de repos s’il ne veut pas simultanément, alors qu’il est tranquille, réfléchir au sujet qu’il vient d’entendre afin de l’accueillir correctement en lui et de le vivre. Le prêtre ne peut pas sanctifier ta journée si tu ne le fais pas toi-même. Réfléchis toujours exactement si le sens véritable de la Parole de Dieu est bien d’accord avec ton activité. C’est de cette manière que le jour de fête est sanctifié par toi, car, par le recueillement paisible, il atteint la valeur qui est le but de son institution. Chaque jour de fête deviendra ainsi une borne sur ton chemin qui donnera rétroactivement aux journées d’activité physique la valeur que celles-ci doivent avoir pour le mûrissement de ton âme. Elles n’auront pas été vécues en vain et tu progresseras constamment. Sanctifier signifie ne pas gaspiller. Aussitôt que tu négliges ceci, tu négliges ton temps qui t’a été accordé pour mûrir et, après le Tournant Cosmique qui, à présent, referme lentement ses Rayons sur vous, il ne vous est donné qu’un bref délai pour rattraper ce qui a été négligé, à la condition que vous utilisiez toute la force qui vous est restée. Sanctifiez donc le jour de fête! Vous pouvez le faire dans votre maison ou mieux encore, dans la nature, qui vous incite à demeurer éveillés en pensées et en intuition. Accomplissez ainsi le Commandement du Seigneur. C’est pour votre profit!

 


 

Le quatrième Commandement

Tu dois honorer père et mère!

Jadis Dieu fit donner ce Commandement à l’humanité, par Moïse. Mais ce Commandement a déclenché d’indicibles combats de l’âme. Combien d’enfants, combien d’adultes ont durement lutté pour ne pas transgresser précisément ce Commandement d’une manière grave. Un enfant peut-il honorer un père qui s’adonne à l’ivrognerie ou une mère qui manque de dignité et de bien d’autres choses par ses caprices et son tempérament déréglé, qui rend la vie pénible au père ou à la maison entière, empêchant l’implantation d’une ambiance paisible tout à fait impossible? Un enfant peut-il honorer ses parents lorsqu’il les entend réciproquement s’injurier, se mentir ou même se batte? Ainsi, maint événement conjugal a souvent fait de ce Commandement un tourment pour les enfants et entraîné l’impossibilité de l’accomplissement. C’est plus que de l’hypocrisie si un enfant prétend encore honorer sa mère, voyant celle-ci se montrer bien plus aimable envers les étrangers qu’avec son propre mari, le père de l’enfant. De même, si ce dernier remarque en elle le penchant vers la superficialité, la voit devenir par vanité la plus ridicule, l’esclave sans volonté de chaque folie de la mode, qui si souvent n’a aucun rapport avec la notion sérieuse et élevée de la maternité, qui dérobe toute la beauté et la noblesse de la dignité maternelle... Alors où donc un enfant peut-il encore trouver la vénération volontaire pour la mère? Que ne se trouve-t-il pas déjà dans le mot «mère»? Que n’exige-t-il pas aussi? Un enfant qui n’est pas encore empoisonné doit ressentir inconsciemment en lui qu’un être humain à l’esprit mûr et sérieux ne saurait jamais promener son corps de matière dense à moitié nu, sous prétexte que c’est la mode. Comment la mère peut-elle demeurer sacrée pour l’enfant! La vénération naturelle s’abaisse impulsivement et n’est plus que la formule vide d’un devoir habituel ou, suivant l’éducation, une politesse sociale évidente, c’est-à-dire un acte d’hypocrisie auquel tout élan de l’âme fait défaut. C’est précisément cet élan qui renferme en lui la vie ardente; il est indispensable à l’enfant et l’accompagne lorsqu’il grandit et entre dans la vie, comme un bouclier sûr qui l’accompagne, le protège contre les embuscades de tous genres et qui demeure intérieurement pour lui un solide abri de refuge, lorsque parfois, il lui arrive d’être assailli par le doute. Jusqu’à l’âge avancé! Le mot «mère» ou «père» devrait toujours éveiller une intuition ardente et sincère d’où sortirait en toute pureté, dignement devant l’âme, avertissant ou approuvant, comme une étoile directrice, au cours de l’existence terrestre entière!

De quel trésor l’enfant est-il privé lorsqu’il ne peut pas honorer son père ou sa mère de toute son âme!

Pourtant, seule la fausse conception des êtres humains face au Commandement est de nouveau la cause de ces tourments de l’âme. Le point de vue ayant existé jusqu’ici, qui limitait le sens et le rendait unilatéral, est faux, alors que rien d’unilatéral ne peut exister dans ce que Dieu a envoyé. Mais ce fut encore bien plus injuste de défigurer ce Commandement en le corrigeant d’après la jugeote humaine et en voulant le rendre plus clair par l’addition: «Tu dois honorer ton père et ta mère.» Cela le rendait personnel. Il en résulta des erreurs, car dans sa forme exacte le Commandement dit seulement: «Tu dois honorer père et mère!»

Ce Commandement ne vise donc pas des personnes particulières déterminées dont le genre ne peut pas de prime abord, être établi et prévu. Jamais de telles absurdités ne se produisent dans les Lois divines. En aucun cas, Dieu n’exige d’honorer une chose qui ne mérite absolument pas d’être honorée!

Au contraire, au lieu de la personne humaine, ce Commandement englobe la notion de paternité et de maternité. Il ne s’adresse donc pas, en premier lieu, aux enfants, mais aux parents eux-mêmes; il exige d’eux de sauvegarder l’honneur de la paternité et de la maternité. Le Commandement impose aux parents le devoir absolu de toujours être conscients de leur éminente tâche et d’avoir continuellement devant leurs yeux la responsabilité qu’ils assument.

Dans l’au-delà et dans la Lumière l’on ne vit pas avec des paroles, mais dans des notions.

C’est pourquoi il arrive que par la transmission verbale, il se fait facilement une limitation de ces notions, telle que c’est manifestement le cas ici. Mais malheur à ceux qui ne respectent pas ce Commandement et ne s’efforcent pas de le reconnaître exactement. Ce n’est pas une excuse qu’il ait été si fréquemment interprété de travers ni qu’il ait fait l’objet de fausses intuitions. Les conséquences de l’inobservance du Commandement se font déjà sentir lors de la procréation et de l’entrée de l’âme. Il en serait tout autrement sur cette Terre si ce Commandement incisif avait été compris et accompli par les êtres humains. Des âmes toutes différentes auraient pu alors venir à l’incarnation, ce qui aurait empêché la morale et les mœurs d’atteindre le degré de décadence où elles sont arrivées aujourd’hui. Voyez seulement les meurtres, voyez les danses dépravées, voyez les orgies dans lesquelles tout va en accélérant aujourd’hui. C’est pour ainsi dire, un afflux triomphal des courants étouffants des ténèbres. D’autre part, voyez l’indifférence irréfléchie avec laquelle on accueille cette déchéance comme quelque chose de juste ou ayant toujours existé et que l’on encourage.

Où est l’être humain qui s’efforce de reconnaître correctement la Volonté de Dieu, qui cherche à s’élancer vers le haut pour en saisir toute la Grandeur, au lieu de comprimer cette grande Volonté toujours et toujours à nouveau avec entêtement dans la mesquine limitation du cerveau terrestre, dont il a fait le temple de l’intellect. Ce faisant, il abaisse volontairement le regard vers le sol, comme un esclave qui marche enchaîné, au lieu d’élever son regard avec l’éclat de la joie, en l’élargissant vers le haut, afin de trouver le rayon de la Connaissance.

Ne voyez-vous donc pas combien vous êtes misérables dans chaque interprétation de tout ce qui vous vient de la Lumière! Qu’il s’agisse des Commandements, des promesses du Message du Christ ou même de la Création entière! Vous ne voulez rien voir, rien reconnaître! Vous ne prenez pas les choses comme elles sont, mais au contraire, vous vous efforcez désespérément de toujours tout déformer selon vos basses conceptions auxquelles vous vous êtes soumis depuis des millénaires. Libérez-vous enfin de ces traditions. La force pour le faire est mise à votre disposition. À tout instant. Et sans que vous deviez faire des sacrifices. Mais il faut vous débarrasser de ces traditions tout d’un coup, par un seul acte de volonté. Sans retenir quoi que ce soit de ce qui est devenu cher à vos habitudes. Aussi longtemps que vous vous efforcez de chercher une transition, vous ne vous libérez jamais du passé, mais c’est avec ténacité qu’il vous tirera toujours en arrière. Cela ne peut vous être facile que si vous vous séparez de tout l’ancien d’un seul coup, sans apporter l’ancien fardeau dans le présent. C’est alors seulement que s’ouvre pour vous le portail, sinon il demeure solidement verrouillé. Et cela ne demande qu’une volonté sincère. C’est l’affaire d’un instant. Exactement comme le réveil hors du sommeil. Si vous ne vous levez pas tout de suite de votre lit, vous devenez fatigués de nouveau et la joie de la tâche journalière en est affaiblie, si elle ne disparaît pas complètement.

Tu dois honorer père et mère! Agissez maintenant d’après ce Commandement sacré. Mettez la paternité et la maternité en honneur! Qui sait encore aujourd’hui quelle grande dignité y réside! Et quelle puissance pour ennoblir l’humanité! Les êtres humains devraient s’en rendre compte au moment de l’union; alors, chaque mariage serait un vrai mariage, ancré dans le spirituel! Et tous les pères et toutes les mères seront dignes d’être honorés selon les Lois divines.

Pour les enfants, cependant, ce Commandement sera rendu sacré et vivant par leurs parents. Les enfants ne pourront absolument pas faire autrement que d’honorer le père et la mère de toute leur âme, quel que soit le genre des enfants. Ils y seront contraints par la manière d’être de leurs parents. Malheur alors à ces enfants, s’ils n’accomplissent pas entièrement ce Commandement. Un lourd karma se déposerait sur eux; car la raison en serait alors pleinement justifiée. Et par la fonction de réciprocité, l’observation deviendra bientôt une joie, un besoin naturel! Mettez-vous à l’œuvre et observez les Commandements de Dieu plus strictement que vous ne l’avez fait jusqu’ici. Cela veut dire, respectez-les et accomplissez-les, afin de devenir heureux.

 


 

Le cinquième Commandement

Tu ne dois pas tuer!

Frappe-toi donc la poitrine, ô, être humain, et vante-toi bien haut de ne pas être un meurtrier! Car tuer, c’est assassiner et d’après ta conviction, tu n’as jamais transgressé ce Commandement du Seigneur. Fièrement, tu peux te présenter devant Lui et sans crainte ni angoisse tu peux attendre, rempli d’espoir, que cette page du livre de ta vie soit ouverte.

As-tu parfois réfléchi qu’il y a aussi pour toi une façon de provoquer la mort et, que provoquer est équivalent à tuer?

Il n’y a aucune différence. C’est toi qui la fais dans ta manière de t’exprimer, dans ton langage; car le Commandement ne dit pas unilatéralement: tu ne dois pas tuer aucune vie terrestre de matière dense! Mais il parle en embrassant tout et résume brièvement: tu ne dois pas tuer!

Par exemple, un père avait un fils. Poussé par une mesquine ambition terrestre, le père a obligé le fils à étudier, à tout prix. Mais les capacités naturelles du fils le poussaient à des occupations où ces études ne pouvaient servir absolument à rien. Alors, il était tout naturel que le fils ne ressentît pour ces études, auxquelles il se voyait contraint, aucune envie et qu’il ne fût pas capable, non plus d’y apporter un élan joyeux. Le fils s’en acquitta par obéissance. Il s’efforça, aux dépens de sa santé, d’accomplir la volonté de son père. Mais étant donné que c’était contre la nature du fils, contre les dons qu’il portait en lui, il était tout à fait évident que le corps aussi en souffrait. Je ne veux pas poursuivre le cas plus avant; il se répète si souvent sur Terre qu’il pourrait se chiffrer par plusieurs centaines de milliers de cas et encore davantage. Il est incontestable ici que le père, par son ambition ou son entêtement, a cherché à tuer quelque chose qui avait été donné au fils pour son développement sur la Terre. Dans de nombreux cas, il réussit aussi réellement à tuer cette chose, car plus tard le développement n’est guère possible, parce que la force principale et saine fut brisée au meilleur moment et gaspillée avec légèreté pour des desseins absolument étrangers à la nature du fils.

Le père a donc ainsi transgressé gravement le Commandement: Tu ne dois pas tuer! Sans compter qu’il a, par son comportement, privé les êtres humains de quelque chose dont ils auraient tiré profit grâce au garçon! Il faut considérer que s’il y a parenté d’esprit entre le garçon et son père ou sa mère, il n’en demeure pas moins, devant le Créateur, une personnalité propre qui est obligée de développer les dons qu’elle a reçus sur la Terre, pour son propre bien. Peut-être était-il ainsi accordé au garçon, par la Grâce de Dieu, de racheter un lourd karma, alors qu’il devait trouver quelque chose qui, dans un sens précis, aurait apporté un grand profit à l’humanité. Lourdement la faute de cet empêchement se pose tout particulièrement sur le père ou sur la mère qui placèrent leurs petites conceptions terrestres au-dessus des grands fils du destin et qui abusèrent ainsi de leur puissance parentale.

Il en est de même lorsque, lors des mariages de leurs enfants, les parents mettent au premier plan les mesquins calculs de leur intellect terrestre. Combien de fois n’étouffent-ils pas sans égard une pure intuition de leur enfant, ce qui certes préserve l’enfant de soucis terrestres, mais en même temps lui apporte aussi le malheur de son âme, ce qui est bien plus décisif pour l’existence de l’enfant que tout l’argent et les biens terrestres.

Naturellement, les parents ne doivent pas céder à chaque rêve ou désir d’un enfant. Ce ne serait pas accomplir leur devoir de parents. Ils doivent faire un examen sérieux qui ne doit jamais être terrestrement unilatéral! Cet examen doit être fait de façon désintéressée, ce qui est bien rare, pour ne pas dire inexistant. Il y a des milliers de cas de ce genre. Il n’est pas nécessaire que j’en parle davantage. Réfléchissez-y vous-mêmes, afin de ne pas transgresser cette Parole si importante dans le Commandement de Dieu. Cela vous ouvrira des chemins inconnus jusqu’à maintenant.

Cependant, de son côté, l’enfant peut aussi étouffer des espérances légitimes chez ses parents, s’il ne développe pas les dons qu’il a en lui pour faire quelque chose de valeur, dès que les parents lui ont laissé choisir le chemin qu’il avait sollicité. Là encore, il arrive à tuer les nobles intuitions chez ses parents, et il transgresse le Commandement de manière brutale.

De même, lorsque l’être humain trompe d’une quelconque manière, une amitié véritable ou la confiance que quelqu’un lui offre. Il tue et blesse ainsi en l’autre quelque chose qui renferme une vie réelle! C’est une violation de la Parole de Dieu: «Tu ne dois pas tuer!» Il en résulte un mauvais destin qu’il devra dénouer.

Vous voyez que tous les Commandements sont uniquement les meilleurs amis des êtres humains et qu’ils veulent les protéger fidèlement contre le mal et la souffrance. C’est pourquoi, aimez-les et respectez-les comme un trésor dont la bonne garde ne vous apporte que de la joie!

 


 

Le sixième Commandement

Tu ne dois pas briser un mariage!

Il y a un Commandement qui dit: «Ne convoite pas la femme de ton prochain!» Cela montre combien ce sixième Commandement est peu identique avec le sens que lui donne la loi terrestre.

«Tu ne dois pas briser un mariage!» peut aussi se dire: «Tu ne dois pas briser la paix d’un mariage!» Par la paix, on comprend naturellement aussi l’harmonie. Cela détermine en même temps, comment un mariage doit être constitué; car là où il n’y a rien à briser ou à troubler, le Commandement n’a pas d’importance; il ne se règle pas en fonction des conceptions et des dispositions terrestres, mais, au contraire, en fonction de la Volonté divine.

Un mariage n’existe que là où règnent d’une façon naturelle l’harmonie et la paix, où l’un ne recherche que le bonheur et la joie de l’autre. La partialité et l’ennui tellement corrupteur et mortel en sont d'avance et pour toujours complètement bannis, comme également la soif dangereuse de distractions ou l’illusion d'être incompris. Ce sont les instruments meurtriers de tout bonheur! Ces maux précisément ne peuvent absolument pas survenir dans un véritable mariage, où l’un vit réellement pour l’autre, parce que le refus d’être compris, de même que la soif de distractions sont uniquement les conséquences d’un égoïsme prononcé qui ne cherche à vivre que pour lui-même et non pour l’autre!

Cependant, lors du véritable amour de l’âme, l’abandon réciproque et joyeux de soi-même est une chose toute naturelle et où tout préjudice à l’encontre d’une partie est complètement exclu par la fonction de réciprocité. À la condition aussi que le degré de formation des deux époux ne présente pas un gouffre trop grand!

C’est une condition qu’impose la Loi de l’attraction des affinités dans le grand univers cosmique, condition qui doit être accomplie pour que le bonheur soit complet.

Mais là où il n’y a ni paix ni harmonie, l’union ne mérite pas d’être appelée mariage, car elle n’en est pas un, non plus. Au contraire, elle est uniquement une communauté terrestre qui n’a aucune valeur devant Dieu, et qui, par conséquent, ne peut apporter la bénédiction que dans le sens où on peut l’attendre d’un vrai mariage.

En ce qui concerne le sixième Commandement, le véritable mariage selon la Volonté de Dieu est une condition rigoureuse! Tout autre mariage n’est pas protégé. Mais malheur à celui qui ose troubler, de quelque manière que ce soit, un vrai mariage! Car le triomphe qu’il croit remporter ici sur Terre l’attend dans la matière fine, sous une forme toute différente. Rempli d’épouvante, il voudrait s’enfuir lorsqu’il devra pénétrer dans le royaume où les conséquences de ses actes l’attendent.

L’adultère, dans son sens le plus large, est déjà consommé par la simple tentative de séparer deux êtres qui s’aiment réellement de toute leur âme, comme le font très souvent les parents, pour lesquels l’une ou l’autre circonstance terrestre n’est pas conforme à leur désir! Et malheur aussi à la femme, malheur à un homme, qu’ils soient jeunes ou vieux, qu’ils agissent par envie ou par frivolité, s’ils apportent consciemment la discorde ou même la dysharmonie dans un tel couple! Le pur amour entre deux êtres humains doit être sacré pour chacun, il doit inspirer respect et considération et non la convoitise, il est sous la protection de la Volonté de Dieu!

Si le sentiment d’un désir malpropre de ce genre cherche à se manifester, que l’être humain se détourne et qu’il cherche avec un regard clair parmi ces humains qui ne se sont encore attachés à quelqu’un par les liens de l’âme.

S’il cherche avec sérieux et patience, alors il trouvera forcément un être humain qui lui convienne selon la manière voulue par Dieu et avec lequel il sera alors également heureux, sans se charger d’abord d’une faute qui ne peut jamais lui apporter ni garantir le bonheur!

La grande faute de ces êtres humains consiste le plus souvent en ce qu’ils s’efforcent de céder à la pression d’un sentiment, toujours faible au début, qu’ils le retiennent de force en eux, le cultivent par la recherche d’idées fantaisistes jusqu'à ce qu’ils en soient remplis, tourmentés et poussés au péché. Des milliers d’esprits humains n’iraient pas fatalement à leur perte, si en ces choses ils faisaient toujours attention au commencement, qui, s’il ne fut pas créé par le calcul de l’intellect, provient exclusivement du badinage indigne des êtres humains, ayant son origine dans les funestes coutumes terrestres de la vie de famille et surtout de celles de la société! Précisément, celles-ci sont souvent de purs marchés matrimoniaux, pas plus propres que le commerce des esclaves pratiqué ouvertement en Orient! C’est là un foyer d’incubation pour les germes de l’adultère.

Vous, les parents, gardez-vous de ne pas tomber dans la faute de l’adultère à l’égard des enfants, par un calcul trop rationnel! Ils sont innombrables, ceux qui s’y sont déjà empêtrés! Ils auront beaucoup de peine pour s’en détacher à nouveau! Vous, les enfants, soyez prudents, ne devenez pas des sources de troubles entre vos parents, sans quoi vous êtes, vous aussi, coupables d’adultères! Réfléchissez bien à cela. Vous vous faites ennemis de votre Dieu et il n’y a pas un de ces ennemis qui ne soient fatalement voués un jour à l’anéantissement dans d’indicibles tourments, sans que Dieu ne bouge un doigt. Tu ne dois jamais détruire la paix et l’harmonie entre deux êtres humains.

Martèle-toi bien cela dans ta tête afin que l’avertissement se dresse toujours devant les yeux de ton âme.

 


 

Le septième Commandement

Tu ne dois pas voler!

Le voleur est considéré comme l’une des créatures les plus méprisables. Est voleur celui qui prend quelque chose appartenant à un autre, sans l’accord de sa volonté.

Là réside l’explication. Pour observer correctement le Commandement, l’être humain n’a donc rien de plus à faire que de discerner toujours clairement ce qui appartient à l’autre! Ce n’est pas difficile, va-t-on dire! Et ainsi, il a déjà tout réglé. Certes, ce n’est pas difficile, pas plus que d’observer les dix Commandements lorsqu’on le veut véritablement. Mais toujours à la condition que l’être humain les connaisse exactement. Et c’est cela qui manque à beaucoup. Avez-vous une fois réfléchi correctement, pour l’observation de ce Commandement, à ce qu’est véritablement «la propriété d’autrui dont tu ne dois rien prendre»?

C’est son argent, les bijoux, les vêtements, peut-être aussi la maison et la ferme avec son bétail et tout ce qui en fait partie. Mais dans le Commandement il n’est pas dit que cela concerne uniquement les biens terrestres de matière dense! Il y a, en effet, des valeurs qui sont encore bien plus précieuses! À la propriété d’un être humain appartiennent aussi sa renommée, sa réputation publique, ses pensées, sa personnalité, et aussi la confiance dont il jouit auprès des autres, de celui-ci ou de celui-là, sinon de tous. Lorsque nous arrivons là, la fierté de l’âme commence à s’inquiéter en face de ce Commandement. Allons questionne-toi: n’as-tu encore jamais essayé, peut-être de bonne foi, d’ébranler ou de détruire complètement la confiance dont un être humain jouissait en avertissant un autre d’être prudent? En agissant ainsi, tu as méthodiquement volé celui à qui s’adressait cette confiance. Tu la lui as prise ou, tout au moins, tu as essayé.

Tu voles aussi ton prochain lorsque tu sais quelque chose de sa situation et que tu retransmets ce savoir sans le consentement de l’intéressé. Tu peux reconnaître en ceci dans quelles grandes fautes sont empêtrés tous les êtres humains qui s’occupent de telles choses, qui cherchent à en faire un commerce ou qui pratiquent cette méthode commercialement comme c’est le cas dans les agences de renseignements ou organisations similaires. Les enchevêtrements qu’ils ont eux-mêmes provoqués par toutes les conséquences de ces transgressions continuelles des Lois de Dieu traînent derrière eux un filet monstrueux dont ces êtres humains ne peuvent plus se détacher et sont abandonnés à la damnation; car ils sont tous plus gravement chargés que les cambrioleurs et les voleurs physiques. Ils sont coupables et semblables à des receleurs, ceux qui soutiennent et favorisent de tels «entrepreneurs d’affaires» dans leur industrie pécheresse. Tout être humain dont les pensées sont justes et honnêtes, que ce soit en affaires privées ou publiques, a le droit et le devoir d’exiger de celui qui s’approche de lui pour un motif quelconque, une explication directe et si nécessaire, des pièces justificatives. Ce n’est qu’après cela qu’il peut décider à quel point il peut en confiance accéder à sa demande. Tout le reste est malsain et répréhensible.

L’accomplissement de ce Commandement a en même temps pour effet l’éveil progressif de l’intuition dont les facultés s’accroissent et se dégagent. L’être humain acquiert ainsi la vraie connaissance des êtres humains, connaissance qu’il avait perdue par paresse.  Il perd peu à peu ce qui est mort et machinal et redevient lui-même un être humain vivant. De cette manière, des personnalités réelles se développeront tandis que l’animal grégaire actuellement cultivé disparaîtra.

Prenez donc la peine de réfléchir profondément à cela, et faites attention de ne pas trouver à la fin de votre livre de comptes un fort débit d’infractions à ce Commandement.

 


 

Le huitième Commandement

Tu ne dois pas porter de faux témoignage contre ton prochain!

Si tu agresses et frappes un de tes semblables, de telle sorte qu’il en porte des blessures et en plus, si peut-être tu le voles, tu sais que tu lui as nui et que tu es passible de la punition terrestre. Tu ne penses pas qu’en même temps, tu es aussi pris simultanément dans les fils de la fonction de réciprocité, qui n’est soumise à aucun acte arbitraire, mais se déclenche d’une manière juste jusque dans les plus petits mouvements de l’âme, auxquels tu ne fais pas du tout attention et pour lesquels tu ne ressens de façon générale aucune intuition. Cette fonction de réciprocité n’a aucun rapport avec la punition terrestre; elle agit pour son compte, en toute indépendance et en silence, mais d’une façon tellement inévitable pour l’esprit humain qu’il ne peut trouver aucun endroit dans toute la Création qui puisse le protéger et le cacher.

Si vous entendez parler de la brutalité d’un tel acte d’agression et de blessure violente, vous êtes indignés. Si des êtres humains qui vous sont proches, en souffrent, vous êtes même horrifiés et épouvantés! Pourtant, cela vous trouble peu si un être humain absent est présenté par-ci par-là sous un mauvais aspect par des paroles adroitement malveillantes et aussi par des gestes très expressifs qui laissent supposer encore davantage que bien des discours.

Cependant, retenez bien ceci: une agression physique est beaucoup plus facilement réparable qu’une agression contre l’âme qui souffre de tout ce qui peut troubler sa réputation.

Évitez donc tous les colporteurs de mauvaise réputation aussi bien que les meurtriers terrestres.

Car ils sont exactement aussi coupables et très souvent, encore pires! Moins ils ont de compassion pour les âmes qu’ils ont eux-mêmes persécutées, moins la main leur sera tendue dans l'au-delà, lorsqu’ils l’imploreront! Froide et impitoyable est la sinistre tendance en leur for intérieur à rabaisser les autres, souvent même des personnes étrangères; froideur et absence de compassion se dresseront donc contre eux, en une force centuplée, en ce lieu qui les attend, dès le jour où ils auront quitté leurs corps terrestres!

Dans l'au-delà, ils demeurent des proscrits et plus profondément méprisés que les brigands et les voleurs, car un trait commun, sournois et digne de mépris, parcourt tout ce genre, depuis ladite commère jusqu’à ces individus corrompus qui n’hésitent pas, par un serment volontaire, de porter un faux témoignage contre leur prochain qu’ils auraient eu bien raison de remercier en bien des circonstances.

Traitez-les comme de la vermine empoisonnée, car ils ne méritent pas d’autre sort.

Parce que le but élevé et unificateur d’atteindre le Royaume de Dieu fait complètement défaut à l’humanité entière; pour cette raison, ils n’ont rien à se dire mutuellement, lorsque parfois ils se retrouvent ensemble à deux ou trois et font ainsi du commérage sur les autres, une coutume devenue chère, dont ils ne sont plus capables de discerner le caractère lamentable parce que dans la pratique constante, la notion s’en est complètement perdue.

Dans l'au-delà, ils doivent continuer à être assis côte à côte et à faire honneur à leur thème favori, jusqu’à ce que soit passé le délai accordé pour la dernière possibilité d’ascension qui aurait peut-être pu leur apporter le salut et jusqu’à ce qu’ils soient entraînés dans la décomposition éternelle où tous les genres de matière dense et fine viennent se purifier de tout ce poison que portent en eux les esprits humains qui ne méritent pas de porter un nom!

 


 

Le neuvième Commandement

Ne convoite pas la femme de ton prochain!

Ce Commandement est strictement et clairement dirigé contre les instincts physiques bestiaux que l’être humain... hélas! ne laisse que trop souvent surgir dès que l’occasion lui est offerte!

Ici, nous avons en même temps touché le point saillant, qui constitue pour les êtres humains, le plus grand piège où presque tous succombent lorsqu’ils s’en approchent et qui se nomme: l’occasion.

L’instinct est uniquement éveillé et dirigé par les pensées! L’être humain peut très facilement observer sur lui-même que l’instinct ne s’active pas, ne peut pas s’activer si les pensées y font défaut! Il est complètement dépendant d’elles! Sans exception!

Ne dites pas que le sens du toucher peut aussi éveiller l’instinct; car ceci est faux. Ce n’est qu’une illusion. Le sens du toucher n’éveille que la pensée et celle-ci à son tour, l’instinct! Et pour éveiller les pensées, l’occasion qui s’offre est le moyen le plus fort que les êtres humains doivent redouter! C’est pour cette raison aussi, que la plus grande défense et la plus sûre protection pour tous les êtres humains des deux sexes est d’éviter l’occasion! Dans la détresse actuelle, c’est l’ancre de salut, jusqu’à ce que l’humanité entière se soit raffermie en elle-même suffisamment, de telle sorte qu’elle soit capable de maintenir pur le foyer de ses pensées, comme une saine évidence, ce qui aujourd’hui hélas! n’est plus possible! Alors, une transgression de ce Commandement sera absolument impossible.

D’ici là, beaucoup de tempêtes devront déferler en mugissant au-dessus de l’humanité, pour la purifier; mais cette ancre est solide si chaque être qui y aspire s’efforce rigoureusement de ne jamais susciter l’occasion d’un tête-à-tête séducteur entre les deux sexes!

Que chacun grave cela en lettres de feu! Car il n’est pas si facile de se libérer psychiquement de la transgression, parce que l’autre partie entre également en ligne de compte! La possibilité d’une ascension simultanée est rarement donnée.

«Ne convoite pas la femme de ton prochain!» Par cela, il n’est pas seulement question d’une femme mariée, mais du sexe féminin en général! Donc aussi les filles! Et puisqu’il est clairement dit: «Ne convoite pas», il s’agit seulement de l’instinct physique et non d’une honnête demande en mariage!

Il ne saurait y avoir d’erreur sur le sens si net de ces Paroles. Il s’agit ici de la rigoureuse Loi de Dieu contre la séduction ou le viol. Ainsi que contre la souillure produite par les pensées d’une convoitise secrète. Celle-ci, comme le point de départ de tout le mal d’un acte, constitue à elle seule une infraction à ce Commandement, qui entraîne la punition par un karma qui doit se déclencher inévitablement d’une manière ou d’une autre avant que l’âme puisse de nouveau en être libérée. Cet événement considéré parfois par les êtres humains, comme une bagatelle, est déterminant pour le genre de la prochaine incarnation sur la Terre ou pour son destin futur dans cette existence terrestre. Ne prenez donc pas trop à la légère la puissance des pensées, car la responsabilité s’y attache naturellement dans la même mesure. Vous êtes responsables de la plus légère pensée, car elle cause déjà des dommages dans le monde de matière fine, dans ce monde qui doit vous accueillir après votre vie terrestre.

Mais si la convoitise va jusqu’à la séduction, c’est-à-dire à un acte physique, alors, craignez la rétribution si vous n’êtes plus capables, sur Terre, de la réparer physiquement et psychiquement.

Que la séduction soit le résultat d’un genre des plus flatteurs ou de la violence, que finalement un consentement ait été arraché de haute lutte à la femme, cela n’a pas d’influence sur la fonction de réciprocité; elle était déjà mise en action dès la convoitise et toute la sagacité, tous les artifices ne concourent qu’à l’aggravation. Le consentement final n’abolit pas cette fonction de réciprocité!

C’est pourquoi, soyez sur vos gardes, évitez chaque occasion et ne vous livrez pas à l’insouciance! En premier lieu, maintenez pur le foyer de vos pensées! Alors, vous ne transgresserez jamais ce Commandement!

Ce n’est pas non plus une excuse, lorsqu’un être humain cherche à se leurrer lui-même en prétextant que la probabilité du mariage était existante! Ce ne serait qu’aggraver le mensonge. Un mariage sans amour de l’âme est nul devant Dieu. L’amour de l’âme demeure la meilleure protection contre la transgression de ce Commandement, parce qu’en aimant vraiment, on ne veut que ce qu’il y a de meilleur pour l’autre et qu’on ne peut pas en faire l’objet de désirs ou d’exigences malpropres, contre lesquels le Commandement met en garde avant tout.

 


 

Le dixième Commandement

Tu ne dois pas convoiter la maison de ton prochain, ni sa femme, ni son bétail, ni rien de ce qui est à lui!

Celui qui cherche à tirer un profit par un travail et un commerce honnêtes peut attendre en paix l’appel de ce Commandement, lors du grand Règlement des comptes, car il passera sans le frapper. À vrai dire, il est bien facile d’accomplir tous les Commandements, et pourtant... regardez véritablement tous les êtres humains autour de vous et vous vous apercevrez bientôt que ce Commandement dont l’observation devrait être au fond toute naturelle pour l’être humain... n’est que très rarement suivi, et alors sans joie, mais seulement avec beaucoup de peine.

Il y a comme un désir insatiable qui s’étend sur tous les êtres humains, qu’ils soient blancs, jaunes, bruns, noirs ou rouges, d’envier au prochain ce qu’eux-mêmes ne possèdent pas. Encore mieux exprimé: tout leur envier! Dans cette envie, repose la convoitise défendue! La transgression de ce Commandement est ainsi déjà consommée et elle devient la racine de bien des maux, qui conduisent rapidement l’être humain à la chute de laquelle il ne se relève souvent jamais.

L’être humain en général a l’habitude bizarre de rarement apprécier ce qu’il possède, mais toujours uniquement ce qu’il ne possède pas encore. Les ténèbres répandirent avec empressement la convoitise et, malheureusement, les âmes humaines ne se sont que trop empressées à s’y adonner et à fournir le terrain propice pour la triste semence. C’est ainsi que la convoitise du bien d’autrui est devenue avec le temps, pour la majeure partie de l’humanité, la base de ses actes et de sa conduite. En commençant par le simple désir, cela continue par la ruse, puis par la persuasion, jusqu’à l’envie insatiable d’où sort le perpétuel mécontentement pour finir par la haine aveugle.

Tout chemin conduisant à la satisfaction de ses convoitises fut précisément encore reconnu comme juste, en autant qu’il ne s’opposait pas trop ouvertement à la loi terrestre. Le Commandement de Dieu demeura inaperçu devant l’avidité du gain. Chacun se croyait réellement honorable, aussi longtemps qu’il n’avait pas de comptes à rendre devant un tribunal terrestre. Il n’avait pas trop de peine à éviter cela en prenant les plus grandes précautions et en employant la plus vive sagacité de l’intellect, dès qu’il avait l’intention de nuire sans merci à son prochain, jugeant nécessaire de se procurer un avantage quelconque à bon marché. Il ne pensait nullement que cela lui reviendrait beaucoup plus cher en réalité que tous les biens terrestres pouvant lui profiter! La prétendue sagacité devenait l’atout majeur! Cependant, la sagacité selon les notions actuelles n’est en soi rien d’autre que la fleur de la ruse ou pire que cela encore. Il est seulement étrange que l’on éprouve que de la méfiance pour l’être humain rusé, tandis qu’on témoigne de l’estime envers celui qui est sagace. C’est l’attitude générale de base qui produit cette absurdité. L’être humain rusé est un gâcheur dans l’art de la satisfaction de sa convoitise, tandis que les êtres humains habiles de l’intellect sont devenus des maîtres en cela. Le gâcheur ne peut pas habiller son vouloir en de belles formes et ne récolte qu’un mépris plein de pitié. Mais envers le maître expert en sagacité, l’admiration la plus envieuse jaillit des âmes qui s’adonnent au même penchant. Ici encore l’envie, parce que sur le terrain de l’humanité actuelle même l’admiration pour le genre semblable ne peut être sans envie. Les êtres humains ne reconnaissent pas ce puissant ressort de tant d’abus, ils ne savent plus du tout que c’est cette envie qui les domine et les dirige actuellement sous toutes sortes de formes dans leurs pensées et dans toutes leurs actions! L’envie siège dans l’individu comme dans les peuples entiers, elle dirige les États, engendre les guerres comme les partis et suscite les éternelles querelles dès que deux personnes ont quelque chose à discuter.

«Où est l’obéissance au dixième Commandement de Dieu?», voudrait-on crier, en avertissant les États. En proie à la cupidité la plus impitoyable, chacun des États terrestres n’aspire qu’à la possession de l’autre! Ils ne reculent pas plus devant le meurtre individuel que devant le meurtre des masses, ni devant l’esclavage de peuples entiers, uniquement afin d’assurer leur propre grandeur. Les beaux discours sur l’autoconservation ou sur l’autoprotection ne sont que de lâches prétextes, parce que ces États eux-mêmes ressentent distinctement que quelque chose doit être dit pour excuser ou diminuer un peu ces crimes monstrueux contre les Commandements de Dieu!

Mais cela ne leur sert à rien, car, impitoyable, est le burin qui grave la non-observance des Commandements de Dieu, dans le livre de l’évolution cosmique; indéchiffrables, sont les fils karmiques qui se nouent ainsi à chacun en particulier, de telle sorte que le moindre mouvement de sa pensée et de son action ne peut se perdre sans être délié.

Celui qui peut embrasser tous ces fils du regard voit quel terrible Jugement cela a provoqué! La confusion et l’effondrement de ce qui fut édifié jusqu’ici ne sont que les premières et légères conséquences de cette violation la plus ignominieuse du dixième Commandement de Dieu! Personne ne peut vous venir en aide dès que toute la répercussion commence à se déchaîner de plus en plus sur vous. Vous n’avez pas mérité autre chose. Il n’arrive que ce que vous avez vous-mêmes déclenché.

Arrachez complètement de votre âme la convoitise impure! Réfléchissez qu’un État ne se compose que d’individus! Laissez de côté toute envie, toute haine envers ces êtres humains qui, selon votre opinion, possèdent beaucoup plus que vous-mêmes! Ceci a bien sa raison d’être! Que vous ne soyez pas capables de reconnaître la raison, c’est à vous seuls qu’en incombe la faute, parce que vous-mêmes avez volontairement forcé le rétrécissement monstrueux et non voulu de Dieu de votre faculté de compréhension, qui doit apparaître comme la conséquence de votre funeste adulation de l’intellect!

Celui qui, dans le nouveau Royaume de Dieu, ici, sur Terre, n’est pas satisfait de la situation qui lui est donnée par la répercussion de ses propres fils karmiques qu’il a noués, n’est pas digne non plus que l’occasion lui soit offerte de dénouer de façon relativement facile le poids des anciennes fautes adhérant à lui et de mûrir encore simultanément en esprit pour trouver le chemin vers la Patrie élevée de tous les esprits libres où ne règnent que lumière et joie!

Chaque mécontent sera à l’avenir impitoyablement balayé comme perturbateur inutilisable de la paix tant désirée et comme un obstacle à la saine ascension! Mais s’il existe encore en lui un bon germe qui garantisse sa prompte conversion, alors, pour son bien et pour son dernier sauvetage, il sera contraint par une nouvelle loi terrestre jusqu’à ce que surgisse en lui la reconnaissance de la justesse absolue de la sage Volonté de Dieu; une justesse valable aussi pour lui, dont la myopie de son âme et la stupidité volontaire, empêchaient de reconnaître que le lit dans lequel il repose présentement sur Terre fut uniquement fabriqué par lui, pour lui-même, comme conséquence absolue de son existence entière jusqu’ici, pendant plusieurs vies dans l’au-delà et aussi sur Terre, et non par l’arbitraire aveugle du hasard! Il reconnaîtra enfin qu’il a précisément et uniquement besoin pour lui-même de ce qu’il vit, où il se tient et les conditions dans lesquelles il est né, avec toutes leurs conséquences.

S’il travaille sur lui avec zèle, alors il s’élèvera non seulement spirituellement, mais aussi terrestrement. Par contre, s’il veut obstinément se frayer de force un chemin différent, sans égard envers autrui et en portant préjudice aux autres, cela ne pourra jamais lui apporter un vrai profit.

Il ne peut pas dire que cette reconnaissance de tout cela doit encore lui être donnée par Dieu afin qu’il la suive et se transforme! Ce n’est que présomption et nouveau péché d’attendre ou même d’exiger la preuve que sa propre conception est fausse, afin de ne croire qu’après avoir été convaincu du contraire. C’est lui, lui tout seul, qui s’est rendu cette reconnaissance impossible et qui s’est écarté de la voie juste sur laquelle il se tenait au commencement. Les possibilités pour arriver à la Connaissance lui furent déjà données en partage par Dieu sur le chemin qu’il avait imploré de pouvoir suivre! Puisqu’elles sont maintenant ensevelies par sa propre mauvaise volonté, Dieu devrait-Il, comme son serviteur, venir lui rouvrir la fosse? Puéril comportement! C’est précisément cette prétention, cette exigence qui empêchera le plus fortement l’être humain de racheter les blasphèmes qu’il a commis envers Dieu. Je vous le dis: chaque brigand peut plus facilement se libérer de sa faute, qu’une âme humaine qui, dans l’attente, ose exiger que Dieu, par un nouveau don de la Connaissance, vienne réparer pour elle sa propre et grande faute! C’est précisément avec cela que l’être humain s’est lui-même chargé du plus lourd fardeau de péchés, en se révoltant de la manière la plus grossière contre la Volonté de Dieu.

Ce sera un dur combat, pour les âmes humaines, avant de pouvoir se libérer des transgressions au dixième Commandement de Dieu, c’est-à-dire qu’elles aient pu se changer au point de vivre en l’observant réellement dans leurs pensées, leurs paroles et leurs actions. Mais pour tous ceux qui ne le peuvent pas, la souffrance et l’anéantissement les attendent ici sur Terre et dans l’au-delà!

Amen!

 


 

La Vie

L’idée que l’être humain s’est fait jusqu’à présent de la Vie est fausse. Tout ce qu’il appelle vie n’est rien d’autre qu’un mouvement propulsé qui ne peut être considéré que comme l’effet naturel de la Vie véritable.

Dans l’ensemble de la Création, seules les répercussions du mouvement plus ou moins puissant provoquent la formation, la maturation, la conservation et la décomposition. L’intellect humain a exploré ce mouvement considéré comme ce qu’il y a de plus haut et y a trouvé ses limites. Il ne peut aller plus loin dans ses recherches, parce qu’il est lui-même un produit de ce mouvement. C’est pourquoi, considérant le mouvement comme le point culminant de sa connaissance, l’être humain le nomme simplement la «force» ou «force vivante» ou encore la «vie».

Il ne s’agit cependant ni de Force ni de vie, mais seulement d’un effet naturel et inévitable de Celle-ci, car la Force ne réside que dans la Vie Elle-même; Elle fait partie intégrante de la Vie et en est indissociable. Puisque la Force et la Vie sont indissociables et que la Création n’est formée, entretenue et à nouveau décomposée que grâce au mouvement, il ne peut être parlé de Force ni de Vie à l’intérieur de la Création.

En conséquence, quiconque veut parler de découverte de la Force Originelle, ou même de son utilisation par des machines est dans une erreur, parce qu’il ne peut absolument pas La trouver à l’intérieur de la Création. Il La confond avec quelque chose d’autre, qu’il désigne à tort de «Force» selon sa propre conception. Un tel être humain prouve ainsi qu’il n’a aucune idée des processus qui se déroulent dans la Création, ni de la Création elle-même, ce dont on ne saurait lui reprocher, puisqu’il partage cette ignorance avec tous ses semblables, qu’ils soient instruits ou non.

C’est pourquoi, dès le début, j’ai parlé dans mon Message d’une «force» qui flue à travers la Création. C’était en effet la seule façon de faire comprendre bien des choses aux humains.

Autrement ils n’auraient absolument pas du tout compris mes explications. Maintenant, je peux aller plus loin et donner une image qui reflète objectivement le déroulement de tous les processus. Cette description est d’un genre nouveau, mais elle ne change en rien mes explications précédentes. Au contraire, tout demeure exactement tel que je l’ai dit et est réel. Ce qu’il y a de nouveau dans mon explication actuelle ne l’est qu’en apparence, parce que je l’éclaire différemment cette fois.

J’offre ainsi une base solide, une grande coupe dans laquelle l’être humain peut placer tout ce qui a été dit dans le présent Message, tel un contenu en ébullition constante et en mouvement permanent formant ainsi un tout, un ensemble absolument cohérent et homogène. L’être humain obtient ainsi une vue d’ensemble inépuisable et parfaitement harmonieuse de cet immense événement qui lui était inconnu jusqu’ici et qui englobe à la fois son propre devenir et sa propre existence.

Que l’auditeur et le lecteur s’efforcent maintenant de se représenter en image ce que j’expose ici pour eux:

La Vie, la Vie véritable est quelque chose de parfaitement indépendant, quelque chose qui existe en soi. Sinon, on ne saurait la nommer «Vie». Or, cette Vie existe uniquement en Dieu! Et, comme rien n’est réellement «vivant» en dehors de Dieu, Lui seul possède la Force qui réside dans la Vie. Lui, tout seul, est donc la Force Originelle si souvent mentionnée; «la Force» tout court! Et dans la Force réside, à son tour, la Lumière! L’expression «Lumière Originelle» est tout aussi fausse que l’expression «Force Originelle», car il n’existe tout simplement qu’une seule Lumière et une seule Force: Dieu!

L’existence de Dieu, de la Force, de la Lumière, donc de la Vie, conditionne à Elle seule les Créations! Car la Lumière Vivante, la Force Vivante, ne peut éviter d’émettre des Irradiations. Et ces Irradiations renferment ce qui est nécessaire pour la Création.

Mais l’Irradiation n’est pas la Lumière Elle-même!

Donc, tout ce qui existe en dehors de Dieu tire son origine exclusivement de l’Irradiation de Dieu! Toutefois, pour la Lumière, cette Irradiation est un effet naturel. Et cet effet a toujours existé, de toute éternité.

L’intensité de l’Irradiation est naturellement la plus grande, dans la proximité de la Lumière, de sorte qu’aucun autre mouvement que le mouvement propulsif absolu inclus dans l’Irradiation ne peut y exister. Ainsi, tout ce qui part de Dieu se propage en de fabuleux lointains dont l’étendue ne peut être conçue par un esprit humain.

Mais là où cette propulsion absolue, semblable à une pression gigantesque et continue, commence enfin à diminuer un peu, le mouvement jusqu’alors exclusivement propulsif se transforme en mouvement circulaire. Ce mouvement circulaire résulte du fait que l’action attractive de la Force Vivante agissant simultanément, réattire vigoureusement à Elle, tout ce qui avait été projeté au-delà de la limite de l’Irradiation entière jusqu’au point où prédomine le mouvement exclusivement propulsif. C’est ainsi que naissent les mouvements circulaires à forme elliptique parce qu’il ne s’agit pas d’un mouvement propre. Ce mouvement résulte uniquement d’une propulsion au-delà d’un certain point et suivi d’un brusque rappel provoqué par l’attraction inhérente à la Force, donc à Dieu Lui-même.

Au cours de ces mouvements circulaires, chez lesquels l’énorme pression de l’Irradiation directe a diminué, se produit naturellement aussi un léger refroidissement donnant à son tour un certain précipité.

Ce précipité s’enfonce plus bas ou plus loin de l’Irradiation Originelle la plus puissante, tout en étant encore retenu par l’attraction de la Force qui pénètre tout, mais il continue à posséder en même temps assez de Force propulsive de l’Irradiation, ce qui fait naître, là encore, de nouveaux mouvements circulaires qui demeurent dans des limites toujours différentes, mais nettement déterminées. C’est ainsi que se suivent, précipité sur précipité, et que s’y forment, l’un après l’autre, des plans de mouvement circulaire elliptique; ils donnent lieu à des concentrations et finalement à des formes toujours plus denses, de plus en plus éloignées de l’Irradiation Originelle et de sa prodigieuse pression propulsive.

Les gradations qui en résultent constituent des plans dans lesquels des genres déterminés s’unissent et se maintiennent selon leur degré de refroidissement. Dans mon Message, j’ai déjà décrit des plans ou genres comme étant les grands plans fondamentaux du spirituel, de l’essentialité, de la matière fine et enfin de la matière dense avec leurs nombreuses gradations. Il est naturel que les genres se rapprochant le plus de la Perfection soient plus élevés, plus près de leur point d’origine parce qu’ils lui sont le plus semblables et parce que l’attraction de la Force Vivante doit exercer sur eux la plus forte influence.

Comme je l’ai déjà dit, l’Irradiation inconcevable mais active de la Lumière existe de toute éternité.

Cependant, Dieu ne laissa pas cette Irradiation agir et s’étendre plus loin que la limite où le courant entièrement propulsif formait encore une ligne droite, ce qui permit à la pure Irradiation divine de conserver toute son éclatante Pureté, sans le refroidissement et sans les précipités que cela entraîne. Ceci constituait la Sphère divine, qui est éternelle avec Dieu Lui-même. Rien ne pouvait troubler cette Clarté, et donc aucune déviation, aucune modification. Seule une parfaite harmonie avec l’Origine, avec la Lumière Elle-même, était possible. Elle est inséparablement liée à Dieu parce qu’il est à jamais impossible d’empêcher cette Irradiation, étant donné qu’elle est la manifestation naturelle de la Force Vivante.

À cette Sphère divine soumise à la pression d’une puissance inconcevable pour l’esprit humain et due à la proximité immédiate de la plus grande Force Vivante, appartient le véritable Château Fort du Graal, comme limite et point d’ancrage extrême, qu’on peut aussi considérer comme pôle opposé terminal. Il fait partie de la Sphère divine et il existe donc de toute éternité et restera inchangé pour toute éternité, même si la Création devait un jour tomber en ruines.

Il en fut ainsi de toute éternité. C’est là quelque chose d’inconcevable pour l’esprit humain.

Ce n’est que, lorsque Dieu, dans son Vouloir, prononça la grande Parole: «Que la Lumière soit!» que les Rayons pénétrèrent au-delà de la limite jusqu’alors voulue, pour se propager plus avant dans l’espace sans Lumière, y apportant le mouvement et la chaleur. Tel fut le Commencement de la Création qui, enfantant l’esprit humain, put devenir sa Patrie.

Dieu, la Lumière, n’a pas besoin de cette Création. S’Il limitait de nouveau l’Irradiation dans les limites de l’inévitable, de sorte que seule subsiste la Sphère de la Pureté divine dans laquelle il ne peut jamais y avoir aucun trouble ainsi qu’il en était auparavant, ce serait alors la fin pour tout ce qui se trouve au-delà de la Sphère divine. Et ce serait aussi la fin de l’existence de l’être humain, car c’est seulement qu’il peut être conscient.

L’Irradiation directe de la Lumière ne peut engendrer que le Parfait. Cependant, dans les modifications de cette pression initiale, dues à un éloignement croissant, a lieu une diminution de cette Perfection Originelle, parce que dans le refroidissement progressif, des éléments particuliers se détachent en permanence et demeurent en arrière. La Pureté parfaite exige la pression de l’Irradiation divine dans sa Force la plus élevée, telle qu’elle n’est possible que dans la proximité de Dieu. La pression engendre le mouvement qui produit à son tour la chaleur, pouvant aller jusqu’à l’incandescence. Mais la pression n’est qu’un effet de la Force et non la Force Elle-même. Il en va de même pour les Radiations qui naissent uniquement sous la pression de la Force, mais ne sont pas la Force Elle-même. C’est pourquoi les Radiations dans la Création ne sont, elles aussi, que la conséquence d’un mouvement correspondant qui doit, à son tour, se régler sur la pression du moment. Par conséquent là où dans la Création il n’y a pas de Radiations, il n’y a pas non plus de mouvement, ou comme le disent à tort les humains, pas de «vie». Car tout mouvement émet des Radiations et tout arrêt est synonyme de néant, d’immobilité, ce que les êtres humains nomment la mort. C’est ainsi que le grand Jugement ne s’effectue aussi que par la pression accrue d’un Rayon divin, transmis par un Envoyé de Dieu incarné dans la matière dense, et auquel Dieu a donné une Étincelle de sa Force Vivante. La pression de cette Étincelle de Force Vivante, qui ne saurait naturellement pas être aussi puissante que l’énorme pression de la Force Vivante en Dieu le Père Lui-même, ne peut être supportée que par tout ce qui vibre correctement dans les Lois des effets de la Force de Dieu! Tout ce qui vibre en conformité avec les Lois s’en trouve fortifié, mais n’est pas porté à l’incandescence, parce que l’Irradiation de la Force de l’Étincelle n’y suffit pas. Mais tout élément perturbateur est arraché de ses gonds, expulsé de ses faux mouvements, fracassé, décomposé, ce à quoi le rayonnement de la Force de l’Étincelle suffit pleinement. Ainsi le grand Jugement de Dieu s’effectue-t-il de façon complètement auto-active, sans être soumis à l’arbitraire de l’Envoyé de Dieu. Il se produit simplement sur la base de la Loi des Radiations qui a dû se former comme conséquence de l’Irradiation de la Force de Dieu; car tout ce qui se meut correctement dans la pensée et dans l’action émet dans la matière dense des Radiations de couleur violette.

Mais ce qui est ténébreux, ce qui vient du mal ou y aspire, soit en pensées ou en désirs, a un rayonnement d’un jaune trouble. Ces deux couleurs sont, maintenant, fondamentales pour le Jugement! Selon l’intensité d’un vouloir ou d’une action, les irradiations sont faibles ou fortes. Avec l’Envoyé de Dieu un Rayon inaltéré de la Lumière divine pénètre dans la Création et par là jusqu’à la Terre! La Lumière divine renforce et élève le bien, donc tout ce qui, sur Terre, est violet, tandis que ce qui est jaune trouble, sur Terre, se trouve décomposé et anéanti par Elle.

Selon le genre et la force d’un vouloir ou d’un acte, l’irradiation est forte ou faible. Et c’est en fonction d’elle que se forment aussi, selon une inflexible Justice, le genre et l’intensité des effets justiciers du Rayon de la Lumière divine.

On peut très bien dire que la Création est enveloppée et pénétrée par un gigantesque faisceau de Radiations multicolores. Ces Radiations ne sont cependant que l’expression des mouvements de genres différents causés par la pression de la Force Vivante en Dieu. Avec d’autres mots: Dieu, par sa Force Vivante, maintient la Création. Tout cela est exact, peu importe la formulation choisie. Il importe seulement de connaître exactement l’origine véritable et le processus de l’évolution ultérieure si l’on veut parvenir à un résultat.

De même que le degré le plus élevé de chaleur provoque l’incandescence blanche, comme il en est aussi dans la Sphère divine, de même avec la diminution de la chaleur, d’autres couleurs naissent progressivement et, en se refroidissant, tout se densifie de plus en plus!

Poursuivant mes explications dans ces notions terrestres, je dirai que l’esprit humain ne peut jamais atteindre l’incandescence blanche, puisqu’il est issu d’un plan où la pression était en diminution et n’est plus capable de produire ce degré suprême de chaleur. De par son origine, l’esprit humain est donc d’un genre qui ne peut plus supporter consciemment ce degré élevé de la Force. Ou bien on peut aussi dire: ce n’est qu’à partir d’un degré bien précis de refroidissement que naît le spirituel et qu’il peut devenir autoconscient. De même, la sphère dont est issu le genre «esprit» n’est encore qu’un précipité en provenance de la Sphère divine, qui devait se former par le léger refroidissement, et ainsi de suite.

Ce processus se poursuit encore plus loin, de degré en degré. Le premier précipité en provenance de la Sphère divine forme le pur-spirituel, d’où sont issus les «créés-originels». Ce n’est que leur précipité qui donne naissance au genre à partir duquel les esprits humains peuvent se développer. Le précipité de ce dernier genre produit à son tour l’essentialité, d’où se détache la matière fine, qui donne de nouveau comme dernier précipité la matière dense. Dans chacun des genres fondamentaux mentionnés ici, y compris le Divin, il y a de très nombreux degrés intermédiaires qui, en tant que transition, doivent rendre la liaison possible.

Le premier précipité issu de la Sphère divine est aussi, cela se comprend facilement, celui dont le contenu est le plus riche. Il pouvait donc devenir immédiatement autoconscient et former ce qu’on nomme les «créés-originels», tandis que le précipité suivant issu de ce premier n’est plus aussi fort et doit d’abord évoluer progressivement vers la prise de conscience. C’est de ce dernier précipité que proviennent les esprits humains.

De par le contenu le plus riche de leur genre, les créés-originels se trouvent donc au sommet de la Création, puisqu’ils constituent le premier précipité issu de la Sphère divine, tandis que les esprits humains ne tirent leur origine que du précipité suivant et ne peuvent évidemment, même parvenus à leur pleine maturité, jamais accéder à la hauteur des créés-originels dont le genre est d’un contenu bien plus riche. Ils devront au contraire demeurer au niveau de leur propre genre. Pour s’élever plus haut, il leur manque un élément qui n’est pas possible de leur attribuer, à moins que ne leur soit donné une parcelle de la vivante Force divine. Cela ne saurait se réaliser en suivant le processus évolutif conforme à la nature, mais devrait au contraire émaner d’une Partie Vivante de Dieu envoyée dans la Création, parce que Celle-ci, avec la Force véritablement vivante qui lui est propre, le refroidissement de l’Irradiation est suspendu contrairement à ce qui se produit normalement et infailliblement au cours du passage des niveaux. C’est pourquoi, grâce à sa propre Irradiation directe, seule cette Partie divine est en mesure d’ajouter à un esprit humain un élément lui permettant de franchir la limite de la région des créés-originels.

Lorsque l’Irradiation fut projetée au-delà de la limite de la Sphère divine, c’est-à-dire au Commencement de la Création, s’édifia une extension du Château Fort éternel du Graal situé à l’extrême limite de la Sphère divine; cette extension fut donc érigée de l’autre côté, c’est-à-dire dans la partie spirituelle de la Création, si bien que les créés-originels peuvent également visiter de leur côté la nouvelle partie du Château Fort situé dans le spirituel et cela, jusqu’à la limite que leur genre leur impose vers le haut. Un pas de plus, donc à l’intérieur, dans la Sphère divine, entraînerait pour eux une perte de conscience immédiate, la dissolution dans l’incandescence blanche... à supposer qu’ils puissent faire ce pas. Mais cela est impossible parce qu’ils seraient tout simplement refoulés par la pression beaucoup plus forte de la Sphère divine qui leur est inhabituelle ou, autrement dit, cette pression les empêcherait d’entrer. Elle leur interdit l’accès de façon toute naturelle sans qu’il soit nécessaire de recourir à d’autres interventions.

Il en va de même pour les esprits humains évolués à l’égard des créés-originels et de leur plan de séjour.8

Ainsi, le Château Fort du Graal avec son annexe spirituelle se dresse aujourd’hui comme intermédiaire entre le Divin et la Création. Toute Radiation nécessaire à la Création doit passer par Lui. Le Fils de l’Homme, en tant que Roi du Graal et grâce à sa nature originelle reliant le Divin avec le spirituel, est le seul Médiateur qui, venant de la Création, puisse franchir la limite vers la Sphère divine. Voilà pourquoi le mystère de cette liaison devait exister.

Bien loin, au-dessous de ce Château Fort du Graal et de la région des créés-originels se trouve le Paradis, comme le lieu le plus élevé et le plus beau pour les esprits humains qui, désireux d’atteindre leur pleine maturité selon la Volonté de Dieu, se sont soumis aux Lois de son Irradiation.

Je ne veux pas entrer ici dans les détails afin de ne pas trop élargir l’image de l’événement, car je publierai à ce sujet d’autres livres à l’intention de la science terrestre pour l’étude des processus isolés comme, par exemple, l’évolution dans les différents plans, leurs rapports entre eux et ainsi de suite. Rien ne doit être négligé sous peine d’entraîner une lacune qui impose aussitôt l’arrêt du savoir humain.

Si donc un esprit humain de la Terre parvenu à sa maturité après une longue pérégrination revient à la limite déterminée par son genre, donc là où commence une pression plus forte, alors il ne peut pas s’embraser plus que sa pleine maturité lui a déjà permis d’atteindre. La pression accrue d’une Force encore plus puissante provoquerait la dissolution et la combustion du genre de sa constitution, la transformerait par une chaleur plus élevée et anéantirait son moi. Il ne pourrait exister en tant qu’esprit humain. Il serait détruit, consumé par la Lumière blanche, alors qu’il aurait déjà perdu conscience dans la sphère des créés-originels par suite de la pression plus élevée qui y règne.

La Lumière blanche, donc l’Irradiation de Dieu en laquelle seul le Divin peut subsister à l’état conscient, porte donc en elle tous les éléments fondamentaux de la Création qui, au cours du lent refroidissement lors de leur descente, se déposent et prennent forme dans le mouvement puis, étant formés, s’assemblent mais ne fusionnent plus entre eux, parce que la pression nécessaire y fait défaut. À chaque degré de refroidissement se forme un précipité déterminé qui demeure sur place. Ce sont en premier lieu le Divin, puis le spirituel et ensuite l’essentialité, jusqu’à ce que finalement toute la matière fine et la matière dense continuent à descendre.

Ainsi la Création est-elle à proprement parler le précipité dû au refroidissement croissant de la Lumière blanche, de l’Irradiation de la Lumière Vivante. Le spirituel, ainsi que l’essentialité ne peuvent se former et devenir conscients qu’à partir d’un degré de refroidissement bien déterminé, ce qui équivaut à la diminution de la pression de l’Irradiation de Dieu.

Lorsque je parle ici de fusion ou de dissolution de l’esprit humain sous l’effet d’une pression trop forte de l’Irradiation de la Lumière, il n’y a pas lieu de considérer qu’il s’agit, à ce niveau, du nirvana des bouddhistes, comme ceux-ci voudraient peut-être interpréter mon explication. L’explication que je donne à présent se rapporte seulement à l’événement considéré à partir de la Lumière vers le bas, tandis que le nirvana doit être le point culminant de la voie ascendante.

En pareil cas, un verrou se serait poussé, car pour parvenir depuis cette Terre jusqu’en haut, dans le Royaume spirituel, le Paradis, qui est considéré comme le point le plus élevé à atteindre, chaque esprit devenu «conscient de son moi» doit déjà avoir atteint son plus haut niveau de maturité, une maturité selon la Volonté divine et non selon les prétentions humaines. Sinon, il ne peut entrer dans ce Royaume. Mais s’il est parvenu jusqu’à la maturité en tant qu’esprit autoconscient, il est rigoureusement arrêté et retenu en arrière à sa limite par la pression accrue de la Sphère divine. Il ne peut aller plus loin! Et il ne le veut pas non plus. Dans la Sphère divine, il ne saurait jamais connaître des joies, parce qu’il ne pourrait plus être un esprit humain, mais il y serait dissous tandis que, dans le Royaume spirituel, dans le Paradis, il trouve d’éternelles joies et, rempli de gratitude, il ne souhaite absolument plus être complètement consumé.

En outre, du fait de sa pleine maturité, il est indispensable à l’élévation et au perfectionnement des plans situés au-dessous de lui qui, issus de précipités successifs, ne peuvent résister à d’aussi fortes pressions que lui-même. Ici, c’est lui, l’esprit humain, qui est le plus grand, parce qu’il résiste à une pression plus forte, et en a même besoin...

La tâche de l’esprit humain dans ces régions inférieures consiste donc, grâce à sa force innée et dans la mesure du possible, à ouvrir à l’influence des pures Irradiations de la Lumière, tout ce qui se trouve au-dessous de lui. Il est ainsi un médiateur par lequel peut passer une pression plus forte, répandant la bénédiction autour de lui, parce qu’il peut recevoir et transmettre cette pression accrue en la distribuant, ce qui purifie et dissipe tout ce qui est impur.

Malheureusement, l’être humain a mal géré cela. Certes, tout ce qui devait se développer jusqu’à présent dans les Créations, en obéissant à la pression ou à une impulsion, s’est effectivement développé, mais d’une manière erronée, parce qu’ici, l’être humain a non seulement failli à sa tâche, mais il a fait dévier l’évolution vers le bas au lieu de la conduire vers le haut. C’est la raison pour laquelle toutes choses ne sont devenues que d’affreuses caricatures au lieu d’être empreintes d’une beauté naturelle.

Or, être naturel signifie s’élever, aspirer vers le haut, suivre l’attraction de la Force Vivante. Car tout ce qui est naturel aspire uniquement vers le haut, comme chaque brin d’herbe, chaque fleur, chaque arbre. Vu de l’extérieur, ce que le vouloir humain a dirigé ne présente donc malheureusement plus qu’une ressemblance avec ce qu’il devait promouvoir.

Au cours d’une observation superficielle, une riche vie intérieure est, par exemple, souvent confondue extérieurement avec un vide se manifestant par une attitude blasée.  L’expression de pure vénération de tout ce qui est beau ressemble au premier abord à une vile concupiscence, car toutes deux manifestent un certain degré d’exaltation, à cette différence que l’une est authentique, l’autre est fausse et sert exclusivement de moyen pour parvenir à ses fins.  C’est ainsi que le véritable charme fait place à la vanité, et que le vrai dévouement est remplacé par l’arrivisme. Il en est de même pour tout ce que l’être humain a cultivé. Il est bien rare que ses chemins conduisent vers la Lumière, presque tous penchent vers les ténèbres.

Tout cela doit disparaître afin que de cette Sodome et Gomorrhe surgisse à présent le Royaume de Dieu sur Terre! Que tout s’élève enfin vers la Lumière, l’être humain en étant le médiateur.

De la Lumière Elle-même, de Dieu, je ne parlerai pas ici. Cela m’est trop sacré! D’ailleurs, l’être humain ne pourrait jamais Le comprendre. Il doit éternellement se contenter de savoir que Dieu Est!

 

__________________________________

Abdruschin - Dans la Lumière de la Vérité